dimanche 16 juillet 2017

L'Otan, une organisation militariste et commerciale

La "drôle de paix" entre la Russie et l'organisation belliqueuse OTAN.
Quel titre étrange pour un article concernant les "relations" entre l'OTAN et la Russie, qui constate depuis la fin de l'U.R.S.S, que cette organisation militariste s'est considérablement et dangereusement rapprochée de ses frontières.
Personnellement, je cherche encore quel moment de drôle, il y a eu ? Certes, "le journaliste" a pris la précaution de mettre des guillemets, mais malheureusement les relations internationales sont toutes sauf drôles.
L'humour de l'OTAN a comme un arrière-goût d'hémoglobine et pour être franc je n'ai pas vraiment le même que cette organisation sanguinaire.
Je ne suis pas spécialement convaincue que leur humour eut un franc succès en Syrie, Libye, Serbie ou encore parmi la population du Donbass !

Par contre, ce qui m'amuse beaucoup dans cet article, c'est l'achat par la Turquie de matériel de pointe russe : des S-400. Là, tout d'un coup, l'OTAN a beaucoup moins d'humour. Car il ne faut jamais oublier que la guerre est un "business" qui rapporte des milliards aux oligarques qui détiennent les industries de la mort. En clair plus il y a de tensions internationales, plus ces vendeurs de mort aux mains ensanglantées font leur beurre. Mais attention : quand tu fais partie du club OTAN, tu dois acheter tes armes et autres matos chez leur fournisseurs officiels. Pas question d'aller chez les concurrents, l'humour otanesque à ses limites.

Lire la déclaration de l'OTAN qu'il n'est pas possible actuellement d'avoir des relations normalisées avec la Russie, tant que Moscou viole le droit international, c'est assez savoureux. Car qui mieux que Washington et ses complices violent le droit international ? Que font les USA et ses larbins en Syrie ?
Il s'agit bel et bien d'un dialogue de sourds entre la Russie et cette organisation belliciste et dangereuse pour la paix dans le monde.

De préférence tu dois acheter aux entreprises états-uniennes, puis de temps en temps, si les marchands de canons yankees te l'autorisent, tu peux te fournir chez nos laquais.
Idem d'ailleurs pour les autres "alliés" (larbins) des USA, mais qui ne sont pas membres de l'OTAN.

Le cas de la Pologne est tout à fait symbolique de cette soumission à Washington et ses entreprises de la mort. L'affaire des hélicoptères entre ce pays et Airbus s'est finalement transformée en une vente pour...Sikorsky Aircraft entreprise état-unienne ! Le Monde
Il faut croire que nous ne retenons pas les leçons qu'on nous inflige, car en 2003, la Pologne nous avais déjà fait le coup mais sur un achat d'avion de chasse. Je vous le donne dans le mille : c'est Loockheed-Martin qui rafle la mise ! Libération
Dans ce genre d'histoire, nous nous faisons avoir deux fois. Car, la France donnant plus qu'elle ne reçoit de l'UE, l'inverse pour la Pologne, nous avons donc en parti financer l'achat de ces hélicoptères et de ces avions ! Elle n'est pas sympa cette "union" européenne ?
Je rajoute cette dernière quenelle de la Pologne à ses "partenaires" européens : l'achat du système patriot Source

Trump, le locataire de la maison blanche, qui est un homme d'affaires, ne s'y trompe pas quand il exige des autres membres de l'OTAN, de passer à 2% de leur P.I.B à consacrer aux dépenses militaires France 24
Forcement qu'il veut que les autres membres de cette organisation militariste augmentent leur budget de la défense, car quand on consulte le top 100 des entreprises bénéficiant des achats d'armements dans le monde, il y a six entreprises états-uniennes qui se classent parmi les 10 premières! Source

Un coup d’œil sur wikipédia sur le nombre de guerre auxquel ont participé  les USA résume la situation de tension actuelle Wikipédia
Ce pays, depuis sa création, est présent dans tous les conflits majeurs qui ont eu lieu sur la planète. Nous pouvons ajouter à ces guerres, les entreprises de déstabilisation qu'ils entreprennent contre des nations qui leur résistent, comme le Venezuela actuellement, mais aussi l'Iran, la Corée du Nord et tant d'autres !

Sans exagération aucunes, donnez-moi une seule partie du monde où les Yankees ne sont pas impliqués de près ou de loin ?
En mer de Chine, en Corée, en Ukraine, en Irak, en Syrie, en Libye, au Yémen, au Venezuela, en Palestine occupée, en Afghanistan,  dans les Balkans etc...

L'Otan n'est que le paravent de Washington et des lobbyistes de l'armement, du pétrole et du gaz, de l'agrochimie et du secteur bancaire usurier !

Nous aurons la paix sur terre le jour où fashington tombera. En attendant il faut faire front contre cette engeance intrusive et mortifère, et nous battre contre cette métastase !

Bon courage à tous !
Source de l'article : Le Monde

Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk (DNR)

                                                         Besoin de votre aide
Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de ré information dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos contributions par virement avec le rib ci-joint, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine), mon pay pal me ou sur mon patreon ou vous pourrez me soutenir avec un don à partir de 2 dollars.
Vos dons me serviront à payer mon loyer et ses charges (environ 85 euros), le budget nourriture (environ 110 euros) et divers frais comme mes déplacements en transports en communs et le téléphone ( environ 8 ou 9 euros).
Merci pour votre soutien et vos messages de solidarité.
Sébastien.
MON PAYPAL 










dimanche 9 juillet 2017

Navalny : "l'opposant" promu par les médias occidentaux


Navalny, l'opposant à Poutine ? Du moins c'est comme cela qu'il est présenté par les médias occidentaux. Mieux que ça : c'est l'opposant numéro 1 au "maître" du Kremlin.

Tiens donc ? Que représente vraiment Navalny en Russie électoralement parlant ? Hormis un bon score aux municipales de 2013 à Moscou (27,24%). C'est effectivement un score important, mais en quoi ça lui confère le statut d'opposant principal au parti en place en Russie ?  C'est un opposant, mais sans représentation à la douma (assemblée nationale en Russie). Pourtant en Russie, contrairement au mode de scrutin en France, les législatives sont à la proportionnelle. Diantre ! Navalny qui est un ultra-nationaliste de la pire espèce, mais aussi un libéral dans le volet économique (il n'est pas à une contradiction près !), n'a pas réussi à être élu. Il faut savoir que l'étiquette de libéral en Russie n'est plus ni moins assimilée à des traîtres et des vendus aux occidentaux atlantistes. Un seul député de cette tendance mortifère siège à la douma et un "indépendant". Voilà le poids national que pèsent grosso modo Navalny et ses complices en octobre 2016 lors des législatives !

Le principal parti d'opposition en Russie, c'est le parti communiste (42 députés), suivi juste derrière en nombre de députés, par le nationaliste Jirinovski (39 députés). Après ces deux partis, vient le parti socialiste avec 23 députés. Le parti de Vladimir Poutine totalisant 343 députés.
Mais vous me direz, pourquoi ne nous parle-t-on jamais du PC ou de Jirinovski ? La raison est toute simple : ça évite de parler du mode de scrutin en Russie (proportionnel), et aussi de parler des véritables opposants qui ne sont pas en odeur de sainteté chez nos journalistes et nos politiciens si vertueux dans leur moralité à géométrie variable.
Il y a les bons opposants pour l'occident : Navalny en Russie, Daesh ou Al-Nosra en Syrie, les islamistes wahhabites en Tchétchénie (responsables des guerres des années 90), les islamistes massacreurs de civils et des noirs en Libye, Ben Laden et Al-Qaïda en Afghanistan etc

Pourquoi donc ce petit arriviste se lance-t-il en politique ? Xavier Moreau nous donne un aperçu de la personnalité de ce douteux personnage en 13 minutes :
Magnifique n'est-ce pas ? En gros j'ai des ennuis judiciaires, je suis un corrompu, j'ai volé le peuple pendant des années et le meilleur moyen pour moi de continuer c'est de faire de la politique et d'expliquer que je suis victime de la vindicte du pouvoir en place.

Mais, en France très récemment, un candidat ne s'est pas fait démolir par la presse aux ordres ? Fillon il me semble ? Nous avons même pu lire des documents dans la presse qui normalement auraient dû dans le secret de l'instruction en cours. Le type, que je n'apprécie pas du tout,  s'est proprement fait massacrer dans les médias. Je ne juge pas sur le fond, mais sur la forme : je trouve plus qu'étrange que des affaires remontant à plusieurs années en arrière sortent au moment de la campagne présidentielle. Idem pour Marine Le Pen avec cette histoire d'assistants parlementaires qui date aussi ! Pourquoi cette affaire fait la une des médias ? Pourquoi la même affaire concernant Bayrou n'est apparu dans la presse qu'à partir de l'entre-deux tours des législatives, soit bien trop tard pour influencer le scrutin présidentiel et même législatif ?

Dans le cas de Navalny, l'idiot utile des "démocraties" occidentales, ces condamnations sont antérieures à son engagement politique. D'autres condamnations suivront peut-être s'il a d'autres casseroles, mais pour le moment, sa complainte comme quoi il est victime du pouvoir avec ces jugement est nulles et non avenues !

Maintenant il est vrai qu'il a été condamné plusieurs fois pour manifestations non autorisées selon nos médias toujours bienveillants avec Navalny. Sauf qu'une fois encore ce n'est pas vrai. Navalny et ses comparses, à Moscou, déposent une demande pour pouvoir défiler dans les rues de la ville, mais histoire de provoquer une réponse négative, veulent la faire sur l'artère principale de Moscou, celle qui mène au Kremlin. Si des manifestations ne sont pas autorisées à cet endroit, c'est une logique de bon sens : car je vous laisse imaginer la pagaille d'un point de vue de la circulation, si vous fermer une partie de l'avenue pour quelques milliers de trublions ! Le 12 juin, une nouvelle fois et agitateur professionnel, Navalny et ses complices qui avaient pourtant reçu une autorisation de manifester (dans le nord de la capitale), a voulu avec ses quelques partisans (la plupart sont des ados), aller perturber la fête organiser pour le jour de l'indépendance dans le centre de Moscou. Le but de cette provocation était simple : provoquer les habitants réunis pour fêter l'indépendance de leur pays et espérer des réactions violentes (verbales ou physiques) pour comme d'habitude se présenter comme une victime. Peine perdue, les centaines de milliers de participants à cette communion populaire ont proprement et simplement ignoré cette poignée de perturbateurs professionnels beuglant depuis leur marigot. Par contre, la police moscovite, en application de la loi, et dans un souci d'éviter qu'à la longue, ces perturbateurs ne reçoivent une réponse quelque peu virile de la part des habitants festoyant en ce jour si particulier pour la Russie, embarqua au poste toute cette smala pas vraiment la bienvenue.
Simple question : le régime de Macron autoriserait-il une manifestation d'un groupuscule d’extrême-droite sur les champs Elysée ? Qui plus est soutenu par la presse russe, par exemple, puisque Nalvany et ses complices sont les idoles des rédactions en France. Nous connaissons tous la réponse...

Une petite vidéo sur Navalny d'un peu plus de 4 minutes. Il a l'air absolument "charmant" ce garçon...
D'ailleurs il y a quelque chose qui m'amuse beaucoup avec cette affaire Navalny. Visiblement, le fait d'être condamné par la justice en Russie vous empêche de vous présenter aux élections ! Waouhhh ! Je comprends de mieux en mieux pourquoi "nos politicards" n'aiment pas la Russie. Si nous appliquions le même système en France,, avec une vraie justice, pas celle des copains et des coquins, le renouvellement se ferait tout seul au sein du personnel politique. Entre ça et la proportionnelle, les dirigeants Français peuvent effectivement craindre le système russe. Heureusement pour eux, leurs fidèles kapos de la presse-titué font tout pour que ce genre d'information soit le plus possible étouffé. Il ne faudrait pas que ça donne des idées au peuple en France...

Bon, quand on constate que cet "opposant" est entre autres, soutenu par un type aussi méprisable que BHL, on a tout compris... être soutenu par ce criminel (Bosnie, Libye, Ukraine, Syrie), c'est un peu la corde qui soutient le pendu ! D'ailleurs les autorités russes se sont prémunies préventivement, en interdisant cette tumeur cancéreuse de BHL de pouvoir se rendre en Russie. Ben oui, la Russie n'est pas une poubelle, pour que des ratés viennent exprimer chez elle des idées mortifères pour son peuple !

Quel avenir pour Navalny ? Politiquement, quasiment aucun, car au grand dam de la bobosphère occidentale, Poutine est toujours aussi populaire dans son pays, et s'il se représente l'année prochaine il y a toutes les chances qu'il soit réélu haut la main.

Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk (DNR)

                                                           Besoin de votre aide
Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de ré information dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos contributions par virement avec le rib ci-joint, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine), mon pay pal me ou sur mon patreon ou vous pourrez me soutenir avec un don à partir de 2 dollars.
Vos dons me serviront à payer mon loyer et ses charges (environ 85 euros), le budget nourriture (environ 110 euros) et divers frais comme mes déplacements en transports en communs et le téléphone ( environ 8 ou 9 euros).
Merci pour votre soutien et vos messages de solidarité.
Sébastien.
MON PAYPAL  



samedi 8 juillet 2017

Bases militaires russes et de ses alliés


Bien entendu, ces bases autour des USA n'existent pas. Mais j'avais envie de faire cette carte et de m'imaginer la tête que feraient les états-uniens et la bobosphère si elles existaient vraiment.
Oui, après tout, la Russie et ses alliés ne sont là que pour protéger les voisins des USA de sa politique agressive et ses menaces militaires à leurs frontières. Nous demandons le respect de l'intégralité territorial du Mexique et le retour de la Californie, de l'Arizona et du Texas à son légitime propriétaire. Dans un souci d'apaisement, nous demandons aux occupants illégaux des USA, d'évacuer leurs troupes, ainsi que leur famille de ce pays et de le rendre à ses légitimes propriétaires.
Notre base de missiles à Cuba n'est pas dirigée contre les USA, ni ne constitue une menace, mais sert à protéger la Russie d'un éventuel tir de missile venant du Costa-Rica. Idem, nos navires proches de vos côtes ne sont là uniquement pour protéger les pécheurs Canadiens et Mexicain contre des actes de piraterie commis par des pro-USA. Quant à nos avions-espions qui se trouvent non loin de vos frontières, ils n'effectuent que des vols de routine ou des relevés météo. Ils ne sont absolument pas dans une mission de reconnaissance ou d'espionnage. Ils arrivent même que certains s'égarent dans le ciel, mais ce n'est pas de notre faute et nous n'avons aucune intention belliqueuse à votre égard. D'ailleurs, pour ne pas vous déranger pendant la sieste, ils nous arrivent même de couper les transpondeurs de nos avions.
Signé : je me fous de ta gueule, mais il ne fallait pas commencer le premier.

La réalité, c'est cette carte...
Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk (DNR)

                                                         Besoin de votre aide
Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de ré information dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos contributions par virement avec le rib ci-joint, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine), mon pay pal me ou sur mon patreon ou vous pourrez me soutenir avec un don à partir de 2 dollars.
Vos dons me serviront à payer mon loyer et ses charges (environ 85 euros), le budget nourriture (environ 110 euros) et divers frais comme mes déplacements en transports en communs et le téléphone ( environ 8 ou 9 euros).
Merci pour votre soutien et vos messages de solidarité.
Sébastien.
PAYPAL ME 


dimanche 2 juillet 2017

Sanctions, discours contradictoires : à quoi joue Trump depuis son investiture ?


Donald Trump depuis son investiture le 20 janvier n'a pas cessé de faire tout et son contraire. Du candidat qui voulait des relations apaisées avec la Russie, jusqu'à son engagement isolationniste sur la scène internationale, jusqu'à ses déclarations pro-brexit et d'autres peu amènes sur l'otan. Que s'est-il passé ? Et surtout que nous réserve t-il dans les mois à venir ? Passage en revue d'une girouette qui enfile les perles à la manière d'une Tahitienne, le charme en moins, la dangerosité en plus.

                                                                             La chine
Lors de sa campagne électorale, Donald Trump n'en finissait pas de fustiger la Chine, aussi bien sur le volet économique que sur le dossier Nord-Coréen. Mais, il commettra son premier impair et geste peu diplomatique en appelant le 02 décembre 2016, la présidente de Taïwan, déclenchant en retour la colère de Pékin. source
Le candidat républicain critiquera la politique monétaire chinoise, l'accusant de dévaluer sa monnaie, de lourdement taxer les importations américaines et de construire un vaste complexe militaire en mer de...chine !

Pour un pays qui impose sa monnaie dans les achats de matières premières et qui est le champion, avec son complice Nippon, de la monnaie de singe en faisant régulièrement tourner la planche à billets, prenons cette déclaration comme une charmante plaisanterie du magnat new-yorkais.

Quant aux barrières douanières, les USA utilisent régulièrement cet outil pour protéger leur marché intérieur (leçon dont devraient s'inspirer les larbins de l'UE). L'occident et ses multinationales ont voulu que la Chine devienne l'usine industrielle de nos pays. Sauf qu'au bout d'un moment, la Chine, doucement mais surement est train de nous manger tout cru. Il fallait y penser avant, au lieu d'avoir une politique de rentabilité à court et moyen terme et laisser notre industrie partir dans des pays à bas-coûts, avec des esclaves payés une misère et sans droit social. source

La dernière déclaration de Trump sur la construction d'une base militaire chinoise ne manque pas de toupet. Car s'il y a bien un pays qui n'est pas en position de faire la morale sur ce sujet, ce sont bien les USA.
Quelques chiffres : 200 000 soldats déployés dans le monde, 800 bases réparties dans 177 pays ! source

Puis vient le Trump enfin investi le 20 janvier. Et, progressivement, il change d'attitude et semble vouloir avoir des relations plus sereines avec la Chine. Au mois d'avril il recevra le dirigeant chinois dans sa résidence de Floride, d'où il fera son spectacle lamentable lors des tirs de missile contre la Syrie. Pitre un jour, pitre toujours !
Au mois d'avril, les relations entre les deux pays semblaiten aller mieux, même si l'épine Nord-Coréenne était dans tous les esprits. source
Ce qui devait arriver arriva, Trump relance les hostilités verbales contre la Chine. Non seulement il l'accuse de ne suffisamment faire pression sur le dirigeant nord-coréen, mais pire, de financer via une de ces banques les recherches de Pyongyang sur son système de missile balistique. Les USA n'ont toujours pas compris, ou feignent de ne pas le comprendre, que des petites ou moyennes puissances régionales (comme l'Iran ou la Corée du Nord), développent ce genre d'armement, uniquement dans un but défensif. Ces pays ont compris depuis longtemps, que temps qu'ils n'auront pas un système de défense digne de ce nom, ils vivront toujours avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Les USA ont prouvé depuis longtemps leur politique belliqueuse envers les pays non alignés, en agressant plusieurs par le passé (Irak, Serbie etc).

Comme si cela ne suffisait pas, l'administration Trump vient de valider un contrat d'armement de 1,3 milliard de dollars avec Taïwan. Ou comment jeter de l'huile sur le feu et mettre un peu plus la paix mondiale en danger. source
L'été sera chaud en Asie...Affaire à suivre.

                                                                          La Syrie
 Sur la Syrie, le candidat Trump et son adversaire, Clinton, sur cette vidéo  nous remémorons leur position respective. Avec la candidate démocrate, nous savions à quoi nous en tenir : la guerre contre Assad, les Russes etc Trump semble beaucoup plus pragmatique, et bien que n'aimant pas Bachar El-Assad, sa priorité reste la lutte contre daesh. Depuis, il a fait bombarder plusieurs fois l'armée loyaliste, soit pour protéger les troupes d'invasion yankee présentent en Syrie, de manière illégale, soit en représailles lors de la pseudo attaque au gaz sarin de début avril et attribuer au gouvernement Assad. Le tout, comme d'habitude sans preuves. Le syndrome Colin Powell hante encore Washington visiblement. Pourquoi l'armée syrienne utiliserait-elle des armes qu'elle ne possède plus depuis 2013 et qui plus est contre des terroristes en train d'irrémédiablement perdre la guerre au grand dam de ses parrains Saoudiens et occidentaux. Je ne connais qu'un pays capable d'en frapper un autre avec des armes de destruction massive alors qu'il est à terre :  les USA contre le Japon en 1945 avec 2 bombes atomiques ! Pays toujours occupé militairement par ces criminels depuis 1945...
Trump, malheureusement, sur ce dossier là-aussi, se comporte exactement comme le lui demandent les lobbyistes de l'armement, du pétrole et du gaz. Du sang et des larmes pour les peuples, du cash pour les oligarques.
Iront-ils jusqu'au bout de leur folie ? Espérons que non.

                                                                         L'Iran
L'Iran, la bête noire de Trump dans la région, que dis-je dans le monde ! Sur ce dossier, le nouveau dirigeant du régime de Washington n'a globalement pas changé d'avis : il n'aime pas le pouvoir en place à Téhéran. Pourquoi Trump n'aime pas l'Iran ? Tout simplement parce que c'est une puissance régionale au Moyen-Orient qui fait de l'ombre au royaume des Saouds, les bédouins ventripotents d'Arabie Saoudite qui depuis le pacte du Quincy les lies aux USA.
En clair, tu me "file" ton pétrole, et moi de mon coté j'écrase les récalcitrants qui te font de l'ombre, économiquement (embargo et/ou sanctions), ou militairement (l'Irak et maintenant la Syrie).
Car accuser l'Iran d'être un état terroriste, soutenant des groupes terroristes et dire ça aux côtés des émirs Saoudiens, c'est un peu comme faire une conférence de presse contre la pédophilie avec Marc Dutroux.
Bref, redoublement demandé pour l'élève Trump.

                                                                      La Russie
La Russie, le dossier à la limite du ridicule, depuis la pseudo ingérence de Moscou, que dis-je, de Vladimir Poutine en personne lors de l'élection de la baudruche de Manhattan.
A croire que ce sont les Russes qui ont voté le 8 novembre 2016 et non les Américains. Pourtant, et malgré tous les pronostiques de la presse "indépendante", c'est Trump qui renvoya la mégère hystérique auprès de son mari fin gourmet d'une spécialité locale de Saint-Claude dans le Jura Français. Pauvre Bill...
Donc, maintenant que l'agent du KGB est en poste, j'imagine qu'il a restitué les locaux injustement saisis au mois de décembre 2016 par l'administration finissante de oblabla ?
Qu'il a autorisé les diplomates expulsés à revenir ?
Qu'il a rencontré "son patron" à Moscou pour, enfin, qu'il y ait un véritable dialogue entre les USA et l'Union Sovié...pardon la Russie ?
Qu'il a retiré les troupes US de Syrie ?
Qu'il a arrêté d'envoyer des troupes à la frontière russe ?
Que les soldats US ont quitté l'Ukraine et de facto arrêtent de former des "soldats" ukrainiens qui tuent des civils depuis 3 ans dans le Donbass ?
Et bien entendu, qu'il n'a pas prolongé et augmenter les sanctions contre la Russie ?

Non, décidément, il n'y a rien de bon à attendre de Trump. Ce président, comme ceux qui l'ont précédés à la maison blanche, ne sont que des marionnettes aux mains de puissants lobbys qui n'en ont rien à faire que la paix règne sur notre planète. Seuls les dividendes comptent pour ces fauteurs de guerre et Trump fera exactement ce qu'ils veulent. En contrepartie, il pourra continuer à faire ses pitreries télévisuelles, ses tweets d'ado attardé et promettre de faire revenir des usines pour les ouvriers américains avec sa casquette "made in china" vissé sur sa tête de gondole.
Nos oligarques avec leurs serviles perroquets journalistiques, sont très doués pour nous vendre des "dissidents" en carton-pâte !
Vivement que Michelle Obama soit élue présidente, elle fera un beau duo avec Anne Hidalgo dans les réunions de l'otan...

Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk (DNR).

                                                              Besoin de votre aide
Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de ré information dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos contributions par virement avec le rib ci-joint, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine), mon pay pal me ou sur mon patreon ou vous pourrez me soutenir avec un don à partir de 2 dollars.
Vos dons me serviront à payer mon loyer et ses charges (environ 85 euros), le budget nourriture (environ 110 euros) et divers frais comme mes déplacements en transports en communs et le téléphone ( environ 8 ou 9 euros).
Merci pour votre soutien et vos messages de solidarité.
Sébastien.